*

Empress of Ireland

IcôneLa disparition de l’Empress of Ireland

Épave sans contredit la plus célèbre du Saint-Laurent, l’Empress of Ireland gît à 42 mètres au fond de son estuaire. L’épave se situe à sept kilomètres au large du village de Sainte-Luce et a été localisée en 1964, 50 ans après le naufrage. Sa redécouverte et sa facilité d’accès ont entraîné de nombreuses plongées sur le navire, dont certaines se sont soldées par des morts tragiques. Au moment où l’Empress of Ireland fait débarquer le pilote Adélard Bernier au large de Pointe-au-Père, dans la nuit du 29 mai 1914, un épais brouillard recouvre le Saint-Laurent, raison pour laquelle les deux navires impliqués dans l’accident funeste signalent leur présence en faisant résonner leur corne de brume, en vain. Le paquebot est frappé en plein milieu de sa structure par un charbonnier norvégien, le Storstad, et sombre en moins de 14 minutes, faisant 1 012 victimes. En raison du point d’impact sur le paquebot, il est impossible de fermer les cloisons des 11 compartiments étanches, qui se sont rapidement remplis d’eau. Peu de temps après la collision, le Storstad n’arrive pas à demeurer dans la brèche, comme il avait commencé à faire marche arrière juste avant l’impact, ce qui aurait pu retarder le naufrage. À l’époque, on a blâmé le premier officier du charbonnier norvégien, Alfred Toftenes, pour avoir modifié la course de son navire avant l’impact, une accusation dont il s’est toujours défendu.

Fermer